D

M

D

D

M
Aucun évènement dans le calendrier
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31


Les sols à l´épreuve de l´homme

Bien au-dessus des roches des profondeurs terrestres, il est là, moins épais certes mais regorgeant d’une vie que l’on imagine à peine. Le sol que nous foulons sous nos pieds contient 260 millions d’êtres vivants par mètre carré, pour la plupart microscopiques. Bactéries, vers, champignons et algues abattent un travail monstrueux. Ils décomposent les débris végétaux tombés au sol et les recyclent en éléments nutritifs indispensables aux plantes (azote, phosphore). Ils favorisent aussi le développement de certains arbres en vivant en symbiose avec eux, bref, le monde végétal leur doit beaucoup… et nous aussi ! Le sol nourrit notre agriculture mais il joue aussi un rôle dans l’épuration et le drainage de l’eau.

Sols et agriculture : pour le meilleur et pour le pire

En Aveyron, on trouve deux grands types de sols : des sols basiques riches en calcium et en magnésium qui se forment sur les roches calcaires (Causses) et des sols acides qui se forment sur les roches siliceuses (Rougiers, Monts). L’activité agricole est difficile sur les sols les plus acides qui ralentissent la vie bactérienne et peuvent parfois s’avérer toxiques pour les plantes. Deux autres contraintes sont rencontrées par les agriculteurs aveyronnais : une forte érosion des sols dans les Rougiers et une structure souvent très caillouteuse qui ne facilite pas le travail de la terre.

Si l’activité humaine est parfois mise à rude épreuve par la nature des sols, l’inverse est malheureusement tout aussi vrai. L’agriculture a sa part de responsabilité dans la pollution par les pesticides et dans le tassement et l’érosion des sols par les engins agricoles. De  nouvelles pratiques commencent à se mettre en place, notamment grâce à une politique de subventions qui incite fortement les exploitations à s'adapter. La Chambre d'Agriculture de l'Aveyron  agit pour la protection des sols avec la création d'abreuvois et de points d'eau, et par la mise en œuvre du Programme de Maîtrise des Pollutions d’Origine Agricole et par l’opération AGRI-VIAUR dans le cadre du contrat de rivière du bassin versant du Viaur.

Des industries qui ont laissé des traces

Mais au banc des accusés de la pollution des sols, on oublie souvent les industries dont l’impact n’est pourtant pas négligeable. La base de données du ministère de l’écologie sur les sites et sols pollués (BASOL) recense plusieurs exemples aveyronnais. Parmi ceux-ci il faut noter les pollutions dues à l’ancienne activité de ganterie à Millau et surtout celles du bassin de Decazeville où les sols gardent des traces importantes de l’activité minière et sidérurgique intense qui y a pris place. D’ailleurs, une étude de l’Institut National de Veille Sanitaire a été lancée en septembre 2008 car des concentrations élevées en plomb, en cadmium et en arsenic ont été relevées dans cette région. Un inventaire recense les sites industriels aveyronnais passés et actuels, afin de connaître les sources possibles de pollution.

Lettres d'information

Vous souhaitez recevoir notre lettre d'information ?
Inscrivez vous !
Please wait

Contactez Nous

Required *

 

Nos Partenaires