D

M

D

D

M
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
2
3
7
8
9
11
13
14
15
16
18
21
22
23
25
27
28
29
30


La Qualité de l'air


L’amélioration de la qualité de l’air extérieur constitue un enjeu majeur pour la santé publique et pour l’environnement.

Au niveau national, l’action en matière de qualité de l’air relève à la fois de la réglementation et des plans nationaux en particulier des Plans nationaux santé environnement (PNSE) et du Plan de réduction des émissions de polluants atmosphériques (PREPA) en cours d’élaboration. Au niveau local, les Plans régionaux en santé environnement (PRSE), les Schémas régionaux climat, air, énergie (SRCAE) et les Plans de protection de l’atmosphère (PPA) constituent la déclinaison locale en matière de qualité de l’air.

Quand on pense au réchauffement climatique, on y associe souvent la pollution de l'air. Il est essentiel de préciser que tous les gaz polluants ne sont pas forcément des gaz à effet de serre. Les principaux responsables du réchauffement climatique sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d'azote (N20) et certains gaz fluorés… Ce qui ne rend pas les autres gaz moins dangereux pour la santé. C’est pour cette raison que des organismes surveillent la qualité de l’air partout en France.

 

ATMO Occitanie - Observatoire Régional de l'Air en Midi-Pyrénées (ORAMIP) effectue des relevés réguliers. Midi-Pyrénées n’est pas un territoire fortement émetteur de polluants atmosphériques : leurs concentrations ne dépassent que très rarement les seuils réglementaires. Les émissions totales de l’Aveyron le positionnent à la troisième place derrière la Haute-Garonne (rôle de Toulouse) et le Tarn. Si on rapporte ces résultats à la grande taille du département, l’Aveyron n’est pas un gros pollueur. Cependant, n’en concluez pas que c’est forcément un bon élève. Avant sa fermeture, en juin 2001, la centrale thermique au charbon de Boisse-Penchot était responsable à elle seule de l’essentiel des concentrations en dioxyde de soufre (SO2) de la région. Par ailleurs, l'arrondissement de Rodez est le plus gros contributeur régional à la pollution à l'ammoniac (NH3) : il est largement utilisé par les agriculteurs comme apport en azote pour fertiliser les terres. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le profil environnemental de la région publié par la DREAL Midi-Pyrénées.

En général, les valeurs de polluants sont restées faibles avec quelques exceptions autour des grands axes, des principales villes et de certaines industries (Société Aveyronnaise de Métallurgie). Mais même dans ces lieux, on reste largement en deçà des seuils imposés par la loi. La construction du viaduc de Millau a diminué de 60% la circulation sur la RN9 et a, par la même occasion, grandement amélioré la qualité de l’air que respirent les Millavois.

 

A la demande de la société UMICORE (leader mondial spécialisé dans les métaux et les matériaux sophistiqués), l'ORAMIP assure le suivi de la qualité de l'air durant les travaux de réhabilitation du site UMICORE à Viviez dans l'Aveyron, sur la période 2009-2014. Trois stations ont été installées à Viviez, l'ORAMIP réalise le prélèvement et la détermination des particules en suspension.

Afin de limiter certaines des principales sources de pollution atmosphérique, des mesures pour favoriser les mobilités douces, les transports en commun et le covoiturage ont été mises en avant ces dernières années. 
Dans le cadre de ses actions en matière de développement durable et en application de son Agenda 21 et de son plan climat, le Département de l'Aveyron a souhaité promouvoir une politique de réduction des trajets automobiles : les aires de covoiturage en Aveyron se sont multipliées et les initiatives pour trouver un covoiturage aussi avec de nombreuses possibilités comme Rézo Pouce, implulsé par le Parc naturel régional des Grands Causses sur le Sud-Aveyron, qui s'ajoutent à d'autres systèmes de recherche de covoiturage sur sites internet.

Une autre source d'émission de CO2 dans l'atmosphère provient de nos déchets verts que nous continuons de brûler.  Or brûler 50 kg de végétaux à l'air libre émet autant de particules fines qu'une voiture diesel récente qui parcourt 13 000 km ! Il  est pourtant strictement interdit de brûler à l’air libre les déchets verts par les particuliers et les collectivités, en toute période et en tout point du territoire .. Cette interdiction figure dans le règlement sanitaire départemental (article 84) et dans les mesures réglementaires des Plans de Protection de l’Atmosphère. Dans ce contexte, la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) Occitanie a édité un kit de communication dont l'objectif est de rappeler la réglementation sur le brûlage à l'air libre et d'orienter particuliers et professionnels d'entretien des espaces verts vers des solutions alternatives.

Des solutions alternatives adaptées existent, plus respectueuses de l’environnement, elles privilégient la valorisation des déchets verts par broyage, paillage, compostage, valorisation énergétique ... Il est recommandé de composter les déchets verts ou de les apporter à la déchetterie.

 

 

 

Lettres d'information

Vous souhaitez recevoir notre lettre d'information ?
Inscrivez vous !
Please wait

Contactez Nous

Required *

 

Nos Partenaires